L'essentiel

 

Nous passons le plus clair de notre temps dans des endroits clos ou semi-clos comme les logements, les bureaux, les écoles ou les crèches, les transports… Or, de récentes études mettent toutes en évidence que nos intérieurs sont plus pollués que l'air extérieur, même dans les grandes villes.

 

Plus de 900 substances chimiques coexistent dans notre environnement. Elles proviennent des peintures ou des papiers peints présents sur nos murs, de la fumée de cigarette, des meubles, des moquettes… Mais une grande part des toxiques provient des produits ménagers que nous utilisons quotidiennement.

 

En Europe, nous utilisons environ 100 000 substances chimiques alors que nous ne connaissons les effets sur la santé que de 3000 d'entre elles. Sur ces 3000 substances, certaines sont clairement reconnues comme toxiques pour les êtres vivants, cancérigènes… Elles continuent pourtant à être utilisées. C'est par exemple le cas du benzène, du formaldéhyde ou des éthers de glycol. Ces substances sont néfastes pour notre santé, mais également pour l'environnement.

 

Les effets sur notre santé peuvent aller de la gêne respiratoire, aux brûlures cutanées ou oculaires, à l'intoxication sur le court terme, au développement de cancers sur un plus long terme… Il convient de protéger en priorité les personnes les plus fragiles comme les femmes enceintes, les jeunes enfants qui portent nombre d'objets à la bouche et rampent sur le sol, et les personnes présentant des problèmes cardiaques et respiratoires.

 

 

Principales substances toxiques contenues dans les produits ménagers et les produits phytosanitaires et leurs effets sur la santé

 

Voici une sélection des principales familles de substances néfastes qu'il convient d'éviter, ainsi que leurs effets sur la santé : 

 

  • - L'acétone provoque des irritations et des brûlures de la peau. Une exposition importante et prolongée peut provoquer une perte de connaissance
  •  
  • - L'acétylène peut provoquer des nausées, des céphalées, des vertiges, une incoordination motrice et, parfois, des pertes de connaissance. Il est aussi soupçonné d'effets cancérigènes
  •  
  • - Les azurants optiques se déposent sur la peau. Ils ne sont pas biodégradables et sont très toxiques pour les organismes aquatiques
  •  
  • - Le benzène est un solvant très toxique classé par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) comme un cancérogène avéré pour l’homme (leucémies). Il est également très toxique pour les organismes aquatiques
  •  
  • - Les éthers de glycol sont toxiques pour le sang, provoquent des troubles de la fertilité et sont dangereux pour le fœtus
  •  
  • - L'éthane est un asphyxiant
  •  
  • - L'éthylbenzène est suspecté d'être cancérigène
  •  
  • - Le formaldéhyde est irritant, allergisant et un cancérigène avéré. (En 2004, le Centre International de Recherche sur le Cancer — CIRC — a classé le formaldéhyde dans le groupe 1 « substance cancérogène avérée pour l’homme » pour les cancers du nasopharynx par inhalation)
  •  
  • - Les Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP) sont toxiques pour le système immunitaire et provoquent des malformations. Certains sont classés cancérigènes
  •  
  • - Les muscs nitrés, les muscs polycycliques (Galaxolide, Tonalide) sont, pour certains, des perturbateurs endocriniens et des allergènes. Ils sont, de plus, très polluants pour les milieux aquatiques
  •  
  • - L'octaméthylcyclotétrasiloxane est un perturbateur endocrinien provoquant des troubles de la fertilité
  •  
  • - L'octylphénol (éthoxylate) est un perturbateur endocrinien
  •  
  • - Les phtalates sont des perturbateurs endocriniens entraînant des troubles de la fertilité. Ils sont dangereux pour le fœtus
  •  
  • - Le perchloroéthylène est un solvant classé cancérogène probable pour l’homme par le CIRC
  •  
  • - Le Sodium Laureth Sulfate, irritant, est suspecté d'être un perturbateur endocrinien. Il pourrait affecter le développement des yeux
  •  
  • - Le styrène est irritant pour les yeux et l'appareil respiratoire et est suspecté d'être cancérigène
  •  
  • - Le toluène est irritant pour la peau et les voies respiratoires et est dangereux pour le développement du fœtus, car c'est un neurotoxique
  •  
  • - Le trichloroéthylène est un irritant cutané et oculaire. Il est cancérogène (cancer du foie, cancer du système lymphatique)
  •  
  • - Le triclosan affecte les fonctions musculaires, est allergisant, et est soupçonné d'être un perturbateur endocrinien. Il est également suspecté de favoriser la résistance de certaines bactéries aux antibiotiques
  •  
  • - Le xylène a un effet nocif sur le cerveau. Il est irritant et serait dangereux pour le développement du fœtus

 

 

Les substances toxiques et leurs effets sur la santé

 

Les substances toxiques

 

Les produits ménagers sont constitués de tensioactifs qui permettent de « casser » la liaison existant entre la saleté et le support, de phosphates qui ont la propriété de neutraliser le calcaire et donc d'adoucir l'eau et de rendre le lavage plus performant, et d'additifs (comme les agents de blanchiment) qui renforcent l'action des tensioactifs.

 

Outre leurs effets sur la santé, ces éléments sont souvent difficilement biodégradables et émettent des Composés Organiques Volatils (COV) qui polluent l'air intérieur de nos lieux de vie. On trouve des COV dans les détergents, les produits lave-vitres, les produits désodorisant comme les diffuseurs de parfums électriques, les bougies parfumées, les parfums d'intérieur à pulvériser… À titre d'exemple, le formaldéhyde, l'acétone, la plupart des solvants utilisés dans les encres ou les peintures sont des COV.

 

 

Les effets sur la santé

 

Les effets sur la santé diffèrent suivant l'âge de la personne, son état de santé, les substances auxquelles elle a été exposée, la concentration de la substance, le temps d'exposition... 

 

La contamination peut se faire par ingestion, par contact cutané ou par inhalation lors d'une pulvérisation. La contamination peut également se faire en continu dans un logement ou un local de travail mal ou pas aéré, par la fréquentation d'un jardin traité avec des pesticides, par ingestion de produits issus de ce jardin…

 

Pour les produits d'entretien, le problème le plus fréquemment remonté est l'irritation des voies respiratoires et l'asthme.

 

L'asthme est par exemple très fréquent chez les professionnels du nettoyage comme les femmes de ménage, les personnes employées par les entreprises de nettoyage et les professionnels de santé. Les produits ménagers sont également suspectés dans l'apparition de cancers.

 

Les biocides (insecticides, pesticides, raticides, herbicides…) entraînent quant à eux, suite à une exposition chronique, des troubles de la fertilité, des troubles neurologiques (troubles de la mémoire, anxiété, dépression, irritabilité…) et sont suspectés, pour nombre d'entre eux, d'être cancérigènes (cancers hormono-dépendants, leucémies, cancer du cerveau…).

Les biocides sont également suspectés d'entraîner des malformations neurologiques ou génitales en cas d'exposition du fœtus in utéro (hypospadias par exemple). L'exposition aux pesticides est soupçonnée de favoriser un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (THADA) ou même l'autisme chez les enfants. On soupçonne même les pesticides de jouer un rôle dans l'apparition des maladies de Parkinson et d'Alzheimer.

 

 

Les personnes fragiles

 

Les personnes fragiles sont les plus sensibles aux substances toxiques contenues dans les produits d'entretien et les biocides : les femmes enceintes, les enfants et les personnes présentant une maladie de l'appareil respiratoire.

 

En effet, certaines substances ont la faculté de traverser la barrière placentaire et entravent le développement du fœtus.

 

C'est par exemple le cas des éthers de glycols contenus notamment dans les lave-vitres, qui provoquent des malformations le plus souvent faciales comme le bec de lièvre, génitales, urinaires ou rénales. Le cerveau du fœtus étant très fragile, les substances toxiques peuvent également perturber le bon développement neurologique. Il est également admis que l’exposition du fœtus aux pesticides durant la grossesse est déterminante pour la santé future de l’enfant.

 

Les jeunes enfants qui se déplacent au ras du sol et portent automatiquement tout objet à la bouche sont aussi particulièrement exposés à ces substances toxiques.

 

Les risques augmentent suivant la durée d'exposition : plus on est exposé, plus les risques augmentent.

 

 

Sélection de produits d'entretien susceptibles de contenir des substances toxiques

 

Voici une sélection de produits d'entretien contenant des substances néfastes pour la santé et pour l'environnement : 

 

L'eau de Javel

 

L'eau de Javel, très utilisée par les générations précédentes, est très toxique pour la santé et l'environnement. Elle contient du chlore qui peut provoquer des brûlures cutanées, oculaires et des brûlures des systèmes respiratoires et digestifs. 

 

Elle a un impact négatif sur l'environnement car, rejeté dans la nature, le chlore réagit avec les composés organiques de l'environnement en formant des composés organochlorés toxiques pour l'ensemble des organismes vivants.

 

Les scientifiques recommandent aujourd'hui de ne plus désinfecter la maison sauf en cas d'infection avéré (légionellose par exemple), car cela affaiblit notre système immunitaire, favorise l'émergence d'allergies chez les enfants et rend les bactéries résistantes aux désinfectants.

 

Attention : il ne faut jamais mélanger l'eau de Javel avec un autre produit chimique, car le chlore qu'elle contient réagit avec de nombreux produits chimiques. Il réagit avec les acides en exhalant un gaz extrêmement toxique, le dichlore. Le dichlore provoque de la toux, des malaises, des nausées, des difficultés respiratoires. En cas de forte exposition, il peut en résulter une insuffisance respiratoire et un œdème pulmonaire.

 

 

Les produits contenant des phosphates ou dérivés

 

Certains produits ménagers, comme les produits pour laver la vaisselle par exemple, contiennent encore des phosphates. Ces substances sont essentiellement dommageables pour les milieux aquatiques, car elles déséquilibrent les écosystèmes, font baisser la teneur en oxygène de l'eau et favorisent la prolifération des algues (algues vertes par exemple).

 

 

Le perchloroéthylène (PERC)

 

Le perchloroéthylène est un solvant utilisé dans de nombreux pressings pour le nettoyage à sec. Il est suspecté de majorer les risques de cancer de l’œsophage, du col de l’utérus et des lymphomes non Hodgkiniens. Il peut aussi avoir des effets neurologiques et un impact sur les reins et le foie.

 

Il faut noter que le perchloroéthylène est interdit dans les nouvelles installations depuis mars 2013, et qu’il le sera progressivement dans les installations déjà existantes.

 

Dans la mesure du possible, il est préférable d'éviter le nettoyage à sec des pressings qui utilisent encore ce produit ou, au moins, d'aérer les tissus lorsqu'ils reviennent du pressing.

 

 

Les vaporisateurs

 

Comme pour les produits cosmétiques, il faut préférer les présentations en flacons plutôt que la forme en pulvérisateurs. En effet, au cours de la pulvérisation, des microgouttelettes restent en suspension et peuvent être facilement inhalées ou entrer en contact avec la peau et les yeux. C'est d'autant plus dangereux lorsque le produit est corrosif, comme c'est le cas pour les décapants pour four par exemple.

 

 

Sélection de biocides contenant des substances toxiques

 

Voici une sélection de biocides contenant des substances néfastes pour la santé et pour l'environnement : 

 

La permethrine

 

La permethrine est un neurotoxique. Elle est utilisée comme insecticide et notamment pour tuer ou éloigner les moustiques, les cafards, les puces, les araignées, les fourmis… Elle est également utilisée dans le traitement de la gale. La permethrine est suspectée d'effets sur le système endocrinien et immunitaire chez l'homme et est extrêmement toxique pour les insectes, les chats, les poissons et les animaux à sang froid comme les batraciens.

 

 

Le glyphosate

 

Le glyphosate est un principe actif qui s'attaque au cœur des plantes. Il peut, dans certaines circonstances, rester présent sur les récoltes traitées. Le glyphosate est un perturbateur endocrinien qui fait fortement baisser la fertilité. Il a également une grande incidence sur le risque d'avortement tardif, que ce soit l'homme ou la femme qui ait été exposé. Des études ont montré que la toxicité du glyphosate peut être multipliée par 1000 en fonction de l'excipient utilisé dans le produit final (c'est notamment le cas de l'herbicide Roundup qui est l'herbicide le plus vendu au monde). Le glyphosate est également soupçonné d'avoir des effets cancérigènes. 

 

Il est de plus très toxique pour l'environnement, aquatique notamment.

 

 

Le diflubenzuron

 

Le diflubenzuron est un pesticide très fréquemment utilisé en France pour lutter contre différents insectes et surtout contre les papillons tels que les carpocapses ou les bombyx.

 

Le diflubenzuron a des effets toxiques sur le sang et un de ses produits de dégradation serait cancérigène pour l'homme.

 

Il est de plus, hautement toxique pour les organismes aquatiques.

 

 

Le naphtalène

 

Le naphtalène est un Hydrocarbure Aromatique Polycyclique (HAP). Il était, jusqu'en 2009, autorisé dans les boules antimites. Il n'est plus utilisable dans cet usage. L'inhalation peut déclencher des crises de tachycardie. Il est également suspecté d'être cancérigène. Des plus, les petites boules blanches ressemblent à des bonbons et peuvent donc être ingérées par les enfants. Pour lutter contre les mites alimentaires ou du textile, il est préférable d'utiliser des huiles essentielles de cèdre, de la lavande ou du camphre par exemple. Attention toutefois aux femmes enceintes qui doivent se renseigner avant d’utiliser des huiles essentielles.

 

 

Comment repérer les substances toxiques ?

 

Soyez particulièrement prudents avec les produits affichant les symboles suivants :

 

Toxique

 

Les produits comportant ce symbole empoisonnent même à faible dose. Ils peuvent provoquer des nausées, des vomissements, des maux de tête, des pertes de connaissance et peuvent entraîner la mort.

 

Il faut éviter tout contact avec le produit en portant des gants, un masque et en travaillant sous une hotte aspirante pour éviter d'inhaler les vapeurs.

 

Nocif – Irritant

 

Les produits comportant ce symbole sont irritants pour la peau, les voies respiratoires et peuvent provoquer une inflammation des yeux. Ils sont nocifs par inhalation, ingestion ou pénétration cutanée en petites quantités, et peuvent entraîner des problèmes de santé à court ou moyen terme.

 

Inflammable

 

Les produits comportant ce symbole peuvent s'enflammer au contact d'une flamme ou d'une étincelle, sous l'effet de la chaleur ou d'un frottement.

 

Comburant

 

Les produits comportant ce symbole facilitent les combustions, et peuvent provoquer ou aggraver un incendie, voire provoquer une explosion s'ils se trouvent en présence de produits inflammables. Il ne faut jamais stocker des produits comburants à proximité de produits combustibles.

 

Corrosif

 

Les produits comportant ce symbole attaquent ou détruisent les différents matériaux et notamment les tissus organiques. Il faut porter des gants, un masque et éviter tout contact avec la peau, les yeux et les vêtements. Il ne faut surtout pas inhaler les vapeurs de ce produit.

 

Forte pression

 

Ce symbole indique des liquides ou des gaz sous pression. Ils peuvent exploser sous l'effet de la chaleur et devront être stockés avec soin. Les gaz liquéfiés peuvent être responsables de brûlures, il faut donc porter des gants épais, des lunettes de protection et des vêtements en coton épais pour se protéger du froid.

 

Explosif

 

Les produits comportant ce symbole peuvent exploser au contact d'une flamme, d'une étincelle, de l'électricité statique ou encore sous l'effet de la chaleur, d'un choc, d'un frottement. 

 

Danger pour la santé

 

Les produits comportant ce symbole peuvent être cancérogènes, mutagènes, toxiques pour la reproduction humaine. Ces produits peuvent également provoquer un dysfonctionnement de certains organes (foie, système nerveux, cœur, voies respiratoires…) ou provoquer leur mort. Ils peuvent également provoquer des allergies et de l'asthme.

 

Ces produits ne doivent pas entrer en contact avec le corps humain et ne doivent pas être manipulés au cours de la grossesse.

 

Dangereux pour l'environnement

 

Les produits comportant ce symbole ont des effets néfastes sur l'environnement, en particulier sur les organismes aquatiques comme les poissons, les crustacés et les plantes aquatiques.

 

Il ne faut pas se débarrasser de ces produits dans les circuits d'eaux usées et il est nécessaire de jeter les emballages vides uniquement dans les lieux mentionnés sur l'étiquette.

 

 

La réglementation

 

En Europe, la production de produits ménagers et de biocides est régie par plusieurs réglementations qui assurent que ces produits sont sûrs pour le consommateur et l'environnement. Il s'agit :

 

  • - De la directive européenne relative aux préparations dangereuses/Règlement européen relatif à la classification, à l’étiquetage et à l’emballage (CLP)
  •  
  • - Du règlement européen sur les détergents
  •  
  • - De la directive européenne sur les produits biocides
  •  
  • - Du règlement européen sur l’Enregistrement, l’Évaluation et l’Autorisation des Produits Chimiques  (Registration, Evaluation and Authorisation of Chemicals – REACH)
  •  
  • - Du système général harmonisé de classification et d'étiquetage des produits chimiques (SGH)
  •  
  • - De la Directive européenne sur la sécurité générale des produits

 

Les réglementations européennes actuelles obligent les fabricants à indiquer, sur les étiquettes de leurs produits, leur composition chimique. Ainsi phosphates, agents de surface, agents de blanchiment, EDTA… sont mentionnés sur l'étiquette. Les quantités exactes de chacune des substances ne sont toutefois pas précisées, seules des fourchettes sont indiquées (« moins de 5 % », « >10 % »…). L’adresse du site web où il est possible d'obtenir la liste des composants doit être mentionnée sur l’emballage.

 

Le texte présentant les éléments de contenu des étiquettes  est consultable sur le site EUR-Lex.europa.eu

 

Les allergènes sont également indiqués. Les substances présentant un danger pour la santé ou l'environnement sont indiquées comme telles et un pictogramme est apposé sur le contenant au besoin.

 

 

Comment se protéger des substances toxiques ?

 

Décrypter les étiquettes

 

Pour repérer les ingrédients néfastes pour la santé, il faut s'armer de patience, et quelquefois d'une loupe, et détailler la liste d'ingrédients indiqués sur l'étiquette du produit. Certains sites Internet, comme celui de l'INRS , proposent des bases de fiches toxicologiques de produits néfastes pour la santé.

 

 

Privilégier les labels écologiques

 

Les labels écologiques sont accordés par des organismes de certification indépendants. Ils garantissent la qualité des produits et un impact environnemental moindre durant tout le cycle de vie du produit, de l'extraction des matières premières, à la fabrication, la distribution, la gestion des déchets…

 

En France, 2 labels sont délivrés : la marque NF Environnement pour le marché français et l’Eco-label européen pour le marché de l’Union européenne.

 

 

La marque NF environnement

 

On trouve ce label sur les produits d'entretien mais aussi sur les produits de jardinage, de bricolage, dans les équipements de la maison, les produits de papeterie… Ce label distingue les produits et services plus respectueux de l'environnement. Il concerne aussi bien le produit que son emballage.

 

 

L'Eco label européen

 

Il distingue les produits ou les services plus respectueux de l'environnement.

 

 

Les précautions d'emploi

 

  • - Il ne faut jamais mélanger plusieurs produits d'entretien ou de jardinage, car les principes actifs peuvent interagir et provoquer des dégagements de gaz toxiques. De toute façon, cela ne rendra pas les produits plus efficaces. Pour la même raison, il faut éviter d'utiliser ces produits successivement.
  •  
  • - Il faut respecter les dosages. En mettre trop, ce ne sera pas plus efficace, mais ce sera plus coûteux, dangereux et polluant.
  •  
  • - Il ne faut pas chauffer les produits, certains peuvent émettre des substances très dangereuses dans ces conditions.
  •  
  • - Il faut faire attention en ouvrant les contenants pour éviter les projections.
  •  
  • - Il ne faut jamais sentir le produit.
  •  
  • - Il faut porter une protection adéquate : des gants épais pour se protéger des produits corrosifs ou du froid, des lunettes de protection (au besoin au-dessus des lunettes de vue), des vêtements en coton épais pour se protéger des protections, des masques ou une hotte aspirante pour éviter de respirer les vapeurs.
  •  
  • - Rincer s'il est indiqué de le faire sur l'étiquette du produit.
  •  
  • - Aérer pendant et après avoir fait le ménage. Aérer si possible tôt le matin ou pendant la nuit pour éviter les pics de pollution, surtout si vous habitez à côté d'un axe routier.
  •  
  • - Utilisez des torchons textiles plutôt que des lingettes qui sont plus polluantes et plus coûteuses.
  •  
  • - Faites le ménage régulièrement pour ne pas que la saleté s'incruste et ne pas être obligé d'utiliser des produits agressifs pour la déloger.
  •  
  • - Ne videz pas les restes de produit dans les WC ou le lavabo. Jetez les contenants vides fermés dans les lieux indiqués sur l'étiquette et, s'il reste du produit, apportez les flacons à la déchetterie.

 

 

Les alternatives aux produits toxiques contenus dans les produits d'entretien

 

Outre les produits certifiés par des labels écologiques, il existe des produits naturels qui sont biodégradables et respectueux de notre santé. Ces produits sont très efficaces et sont beaucoup moins chers que leurs homologues contenant des produits toxiques.

 

Voici une sélection de produits d'entretien naturels : 

 

Le savon noir

 

Le savon noir est composé d’eau, d’huile d’olive, d’huile de lin, de glycérine, et de potasse. Il est 100 % naturel et entièrement biodégradable. Il dégraisse et détache les sols, les vitres, la vaisselle… 

 

Il ne faut pas le confondre avec le savon noir utilisé dans les hammams.

 

 

Le vinaigre d'alcool blanc

 

Le vinaigre blanc est un détartrant très efficace. C'est aussi un excellent désinfectant, un dégraissant et un détachant. Il peut être utilisé pour nettoyer les sols, les vitres, dégraisser les gazinières, détartrer les bouilloires et les cafetières…

 

 

Le bicarbonate de soude

 

Le bicarbonate de soude se présente sous la forme d'une poudre blanche un peu granuleuse. Il permet de nettoyer et désodoriser toute la maison. Il permet aussi d'assouplir les tissus, ce qui évite l'usage des assouplissants chimiques. Il peut remplacer les produits anticalcaires, les lessives et les désodorisants classiques. Dilué dans de l'eau chaude, le bicarbonate de soude est aussi efficace contre les moisissures étendues.

 

 

Les huiles essentielles

 

Les huiles essentielles désodorisent et permettent de lutter contre les insectes et les moisissures peu étendues. Les huiles essentielles sont onéreuses à l'achat mais il faut en utiliser très peu à chaque fois.

 

Il faut être vigilant lorsque l'on utilise des huiles essentielles, car elles peuvent déclencher des allergies et le contact avec le produit pur peut être irritant. De plus, certaines huiles essentielles sont photo-sensibilisantes. Sauf rares exceptions, elles sont déconseillées aux femmes enceintes et aux jeunes enfants.

 

 

Faire soi-même ses produits d'entretien

 

De nombreux sites Internet proposent des livrets de recettes pour élaborer soi-même ses produits d'entretien. Par exemple :

 

  • - Faites vous-même vos produits ménagers proposé par l'Association Santé Environnement France (ASEF)
  • - Le livre Le grand ménage  proposé sur le site de Raffa, le grand ménage

 


 
Dire NON aux idées reçues

 

Pour les lessives :

 

  • - L'adoucissant, les détachants, le prélavage ou le lavage à 90 °C ne sont pas indispensables
  •  
  • - Il faut préférer les lessives en poudre qui contiennent moins d'agents de surface que les lessives liquides
  •  
  • - Il faut préférer les lessives destinées au linge de couleur qui ne contiennent pas d'azurants optiques contrairement aux lessives blanchissantes

 

 

Pour le ménage :

 

  • - Il n'est pas indispensable d'utiliser un détergent pour nettoyer des sols peu sales. L'eau chaude est idéale pour les sols en linoléum, en pierre naturelle et en PVC
  •  
  • - Les taches sur les tapis, la moquette, les coussins, les canapés… peuvent parfois être ôtées à l'eau chaude, au vinaigre blanc ou avec du savon noir
  •  
  • - Pour nettoyer des meubles vernis, en agglomérés, en formica… on préfèrera utiliser un chiffon humide, et pour les meubles cirés ou huilés, de l'huile de lin pure ou de la cire d'abeille (attention à bien choisir ces produits purs et non conditionnés dans des aérosols)

 

 

Les alternatives aux produits toxiques contenus dans les produits de jardinage

 

Outre les produits certifiés par des labels écologiques, il est possible d'utiliser des produits naturels qui sont biodégradables et respectueux de notre santé. Ces produits sont très efficaces et sont beaucoup moins chers que leurs homologues contenant des produits toxiques.

 

 

Les alternatives aux engrais de synthèse

 

Les engrais de synthèse proposent tous, en quantités variables, de l’azote (N), du phosphore (P) et du potassium (K) selon que l'on veut favoriser la pousse des feuilles, faire fleurir la plante ou la faire fructifier. Suivant l'objectif que l'on vise, il est possible :

 

  • - D'acheter dans le commerce des engrais biologiques tout prêts tels que le guano, le sang séché, le fumier, la corne broyée, les arêtes de poisson, le purin d’ortie, la poudre d'os, les algues séchées...
  •  
  • - De fabriquer son compost soi-même avec les déchets de la cuisine et de la maison (épluchures et restes de fruits et de légumes ou du jardin, coquilles d’œuf, sachets de thé, marc de café, boîtes à œufs, cendres de bois…) et du jardin (feuilles mortes, tontes de gazon, mauvaises herbes…). Soyez attentifs à ne pas utiliser certains déchets interdits de compost comme les déchets animaux, les matières grasses, les écorces d'agrumes, les plastiques… Le tas de compost devra être entreposé au fond du jardin et aéré régulièrement.

 

 

Les alternatives aux biocides de synthèse

 

Pailler les plantes et la terre nue 

 

Il est possible de recouvrir la terre, au pied des végétaux, de pailler, avec de la paille, des écorces concassées, des feuilles mortes… Ce paillage empêche les mauvaises herbes de pousser et favorise la prolifération des insectes auxiliaires qui contrôlent l'explosion des populations d'insectes ravageurs. Il protège également les végétaux du gel, diminue l'évaporation entre 2 arrosages et piège la rosée du matin.

 

 

Utiliser les recettes de grand-mères

 

  • - Biner régulièrement pour empêcher les mauvaises herbes de se développer
  • - Arracher les mauvaises herbes à la main
  • - Utiliser un désherbeur thermique
  • - Pulvériser de l'eau de cuisson des pommes de terre
  • - Utiliser de l'eau bouillante sur les herbes ou plantes dont vous voulez vous débarrasser
  • - Planter du persil qui attire les pucerons ou faire un élevage de coccinelles pour vous en débarrasser
  • - Répandre de la cendre de bois ou du sable fin autour de vos plantes afin de gêner la progression des escargots et des limaces
  • - Vaporiser des macérations de piment fort ou de l'eau savonneuse sur vos plantes afin d'éliminer les nuisibles

 

 

Préserver la biodiversité

 

Il n'est pas souhaitable d'éliminer toutes les « mauvaises herbes » du jardin, car elles attirent de nouveaux insectes qui eux-mêmes attirent de nouveaux oiseaux… et permettent de préserver la biodiversité de plus en plus mise à mal par une urbanisation et une uniformisation galopante. De plus, il est courant qu'une « mauvaise herbe » pousse en symbiose avec une plante ou un arbre, favorisant sa résistance aux maladies ainsi qu'aux parasites et majorant sa production de fruits ou de fleurs.

 

 

Auteur : PERRIN Philippe (Eco-infirmier) 

 

Publié le 01/04/2021

 

Côté MGP 

La MGP a choisi de consacrer une page de son magazine, à chaque numéro, à l'enjeu primordial que constitue la santé environnementale.