Définition de la maladie

 

Altération de l'état de santé se manifestant par un ensemble de signes et de symptômes perceptibles directement ou non, correspondant à des troubles généraux ou localisés, fonctionnels ou lésionnels, dus à des causes internes ou externes et comportant une évolution.

 

 

Définition de l’obésité

 

Selon l’OMS, le surpoids et l’obésité sont définis comme ''une accumulation anormale ou excessive de graisse qui présente un risque pour la santé''.

 

L’obésité correspond à un excès de masse grasse et à une modification du tissu adipeux, entraînant une altération de la santé et pouvant réduire l’espérance de vie. Les causes sont complexes. Plusieurs facteurs sont impliqués dans le développement et la progression de cette maladie chronique : alimentaires, génétiques, épigénétiques et environnementaux.

 

Selon l’OMS, les maladies chroniques sont des affections de longue durée qui en règle générale, évoluent lentement.

 

Elle est présente dans le monde entier mais constitue un problème de société dans les pays industrialisés, car elle entraîne des conséquences défavorables sur la santé de la population.

 

 

Quand est-on considéré(e) comme obèse ?

 

Un individu est considéré comme obèse lorsque son IMC est supérieur ou égal à 30 kg/m2. 

 

L’IMC est le standard permettant d’évaluer les risques liés au surpoids chez l’adulte. C’est l’OMS qui l’a défini en 1997, elle a également défini des intervalles standards en observant la relation statistique entre l’IMC et le taux de mortalité : maigreur, « normal », surpoids, obésité.

 

Ces intervalles ont été fixés grâce à une méta-analyse (97 études), publiée en 2013, sur 3 millions d’individus du monde entier et 270 000 décès. Pour un IMC >35 (obésité sévère), une hausse du taux de mortalité a été observée avec une hausse des décès dus aux maladies cardio-vasculaires, aux cancers, au diabète …

 

Calculez votre IMC : poids (en kg)/ (taille (en cm) x taille (en cm)) =

 

  • < 18,5    Insuffisance pondérale (maigreur)
  • 18,5 à 25    Corpulence normale
  • 25 à 30    Surpoids
  • 30 à 35    Obésité modérée
  • 35 à 40    Obésité sévère
  • > 40    Obésité morbide ou massive

 

Un autre critère permet aussi d’identifier une obésité viscérale. Il est admis que la présence d'un excès de graisse au niveau de l'abdomen entraîne un risque accru pour la santé. Chez la femme, un tour de taille supérieur à 80 cm et chez l'homme, un tour de taille supérieur à 94 cm, indiquent une obésité viscérale et un risque plus élevé d’altération de la santé.

 

 

L’obésité en chiffres

 

En 2015, 17% des adultes souffraient d’obésité en France : 18% des femmes et 16% des hommes. Dans le monde, l’obésité concerne 13% des adultes.

 

Selon l’OMS, le surpoids et l’obésité sont la cinquième cause de mortalité dans le monde.

 

Le risque de décès est multiplié par 2 ou 3 chez les personnes obèses.

 

Durant ces dernières décennies, la prévalence mondiale de l'obésité a augmenté de 27,5% pour les adultes et de 47,1% pour les enfants.

 

La prise en charge des personnes en situation d’obésité par l’assurance maladie représente 2,8 milliards d’euros en soins de ville et 3,7 milliards d’euros à l’hôpital.

 

 

Pourquoi l’obésité est une maladie ?

 

L’obésité résulte d’un déséquilibre entre les apports et les dépenses énergétiques, c’est une maladie de l’adaptation aux récentes évolutions des modes de vie. Ce déséquilibre aboutit à une accumulation des réserves stockées dans le tissu graisseux, entraînant elle-même de nombreuses complications. Il s’agit d’une maladie causée par des inégalités en matière de santé, des influences génétiques et des facteurs sociaux », déclare le Dr Andrew Goddard.

 

L'obésité est considérée comme une maladie chronique de la nutrition. Elle n'a pas tendance à guérir spontanément et affecte la santé en général : bien-être physique, psychologique et social des individus.

 

Les altérations de la santé dues à l’obésité sont :

 

  • • Physiques (diabète, hypertension, apnée du sommeil …)
  •  
  • • Psychologiques (dépression, mésestime de soi…)
  •  
  • • Sociales (discrimination, isolement …)

 

Il faut souligner le retentissement psychologique et social de la maladie dans une société très axée sur le culte de la minceur.

 

En 2014, la cour de justice de l’union européenne a jugé que l’obésité pouvait être considérée comme un handicap au travail.

 

L’obésité est une maladie des tissus adipeux ("le gras"). Ces tissus contiennent les adipocytes, les cellules qui stockent des réserves énergétiques sous la forme de graisses. Ces cellules augmentent de volume (hypertrophie) au fur et à mesure qu’elles accumulent des lipides présents dans l’alimentation. Lorsqu’elles ont atteint leur volume maximal, elles ont la capacité de recruter de nouvelles cellules "vides" prêtes à se charger en graisse. Ainsi, la masse du tissu adipeux peut s’accroître non seulement par l’augmentation du volume des adipocytes, mais aussi par l’augmentation du nombre d’adipocytes qui le compose. 

 

90 % des patients obèses ont une maladie métabolique : diabète, hypertension limite supérieure ou résistance à l’insuline. Ce qui fait que seulement 10 % des patients obèses sont métaboliquement normaux. Ils souffrent, en plus de troubles du comportement alimentaire, de dépression et d’anxiété. Parmi eux, nous dénombrons 30 % d’addiction à l’alimentation. Nous parlons de « nourriture émotionnelle ». Chaque émotion, telle que la colère, la frustration et la tristesse, par exemple, entraîne des compulsions alimentaires. L’addiction à l’alimentation utilise les mêmes circuits du système de récompense que l’alcool ou la cocaïne.

 

L’obésité est donc une maladie à la fois métabolique et psychologique, qui se manifeste fréquemment par des troubles du comportement alimentaire et une addiction à la nourriture. 

 

 

L’obésité, facteur de risques de multiples autres maladies

 

Diabète 

 

On peut déjà citer le diabète de type 2. Chez la personne obèse, l’insuline n’agit plus correctement et l’utilisation du glucose par les cellules est perturbée (d’insulinorésistance), provoquant une augmentation de la concentration de glucose dans le sang et une hyperglycémie.

 

 

Hypertension artérielle et athérosclérose

 

L’obésité accroît aussi le risque d’hypertension artérielle, d’athérosclérose notamment en raison d’une inflammation des artères, mais aussi de dyslipidémie, de maladies du foie (stéatohépatite non-alcoolique), de maladie rénale chronique. 

 

 

Cancers

 

Le surpoids et l'obésité sont associés à un risque de développer plusieurs cancers :

 

  • • Chez la femme : cancer du sein après la ménopause, cancer de l'endomètre (muqueuse de l'utérus) et cancer de l'ovaire 
  •  
  • • Cancers de l'appareil digestif : cancer de l'œsophage et du carrefour aéro-digestif, cancer du pancréas , cancer du côlon et du rectum, cancer de la vésicule biliaire, cancer du foie 
  •  
  • • Cancer de l'appareil urogénital : cancer du rein, cancer de la prostate

 

Par ailleurs, après le traitement pour un cancer, le surpoids et l'obésité peuvent aggraver l'évolution et augmentent le risque de récidive ou de développer un autre cancer.

 

 

Maladies respiratoires 

 

Parmi les complications on compte également des maladies respiratoires : syndrome d’apnée du sommeil, hypoventilation, ainsi que des troubles hormonaux (perturbation des cycles menstruels chez la femme) ou encore des maladies articulaires, telles que l’arthrose, en raison de la surcharge sur les os et articulations qui s’en trouvent fragilisés. L’obésité est en outre associée à un risque accru de reflux gastroœsophagien, de problèmes dermatologiques de type mycoses ou psoriasis, d'insuffisances veineuses cutanées.

 

 

Covid-19 et maladies infectieuses

 

En lien avec l’actualité, l'obésité représente un risque plus élevé d'infection sévère au COVID-19, ce qui peut conduire à la nécessité d'une ventilation mécanique dans les unités de soins intensifs et à un décès prématuré. Les mécanismes sous-jacents sont multiples : altération des performances respiratoires, présence de comorbidités telles que le diabète, l'hypertension ou l'apnée obstructive du sommeil, enfin des réponses immunologiques insuffisantes et excessives, éventuellement aggravées par des dépôts adipeux intrathoraciques qui n’ont rien à faire là (ectopiques).

 

Concernant la grippe, on sait aussi que la surcharge pondérale est un facteur de risque de la grippe. Il semblerait également que les vaccins contre la grippe soient moins efficaces chez les personnes en surpoids ou obèses.

 

D’après une étude, l’obésité devrait être considérée comme une forme de vieillissement prématuré. En effet, les pathologies causées par l’obésité sont habituellement rencontrées chez les personnes âgées : diabète de type 2, cancers…

 

 

Zoom sur l’obésité viscérale

 

L’obésité viscérale gêne la circulation du sang et mène à la formation de caillots pouvant causer des infarctus. Les autres pathologies liées à l’excès de graisse abdominale sont le diabète, l’hypertension artérielle, l’excès de triglycérides, la maladie du foie gras pouvant évoluer en cirrhose ou en cancer du foie. Certaines pathologies sont plus fréquentes chez les personnes ayant une obésité abdominale, par exemple l’apnée du sommeil et le syndrome des ovaires polykistiques.

 

 

Sources :

- Scheen AJ. Obésité et risque de COVID-19 sévère [Obesity and risk of severe COVID-19]. Rev Med Suisse. 2020;16(695):1115-1119

Flegal KM, Kit BK, Orpana H, Graubard BI. Association of all-cause mortality with overweight and obesity using standard body mass index categories: a systematic review and meta-analysis. JAMA. 2013;309(1):71-82

- Adams KF, Schatzkin A, Harris TB, et al. Overweight, obesity, and mortality in a large prospective cohort of persons 50 to 71 years old. N Engl J Med. 2006;355(8):763-778

- Apovian CM. Obesity: definition, comorbidities, causes, and burden. Am J Manag Care. 2016 Jun;22(7 Suppl):s176-85

Site du ministère de la santé

- Obesite.com

- INSERM

- Ameli

- Ligue contre l'obésité

Golay, A., Favre, L. (2020). 'L’obésité : une double maladie', Rev Med Suisse 2020; volume 6. no. 687, 571 - 571 

- Golay A, Favre L. L’obésité, une maladie complexe. Rev Med Suisse. 2018 Mar 21;14(599):603. French. PMID: 29561566

- Tam, BT, Morais, JA, Santosa, S. Obesity and ageing: Two sides of the same coin. Obesity Reviews. 2020; 21:e12991 

 

Auteur : Service Prévention et Promotion de la Santé de la MGP

 

Publié le 24/06/2021

 

Côté MGP 

Pour prévenir l'apparition de certaines maladies chroniques ou améliorer leur qualité de vie, la MGP propose plusieurs services de coaching à ses adhérents avec son partenaire Santéclair. Ils peuvent ainsi accéder à des coachs sportifs et des nutritionnistes à tarif préférentiel et entretenir leur forme.