Foie et régulation de la glycémie

 

Le rôle du foie est primordial, ce n’est pas pour rien qu’il est l’organe le plus volumineux de notre corps… Il régule la glycémie en stockant et redistribuant d’importantes quantités de glucose. La glycémie doit se situer entre 0,8 et 1,2 grammes par litre de sang.

 

Après chaque repas, le sang apporte le glucose au foie, qui le stockera ou le détruira. Ce glucose est issu de l’absorption intestinale : les sucres (fructose, galactose, glucose…) sont transformés en glucose.

 

Dans notre foie, le glucose a différentes finalités :

 

 

  • - Fournir de l’énergie : il est distribué dans le sang
  •  
  • - Remplir les réserves : le glucose est stocké sous forme de glycogène (= assemblage de plusieurs molécules de glucose) par les hépatocytes (=cellules hépatiques). On parle de glycogénogénèse. Ce sont les cellules bêta du pancréas qui sont responsables de ce stockage. Elles produisent de l’insuline lorsqu’elles détectent que le taux de glucose sanguin augmente. Celle-ci va directement dans le foie, qui lui stockera le glucose en excès.
  •  
  • - Conversion en acides-gras dans les hépatocytes et adipocytes : quand les réserves sont pleines. On parle de lipogenèse. 

 

Entre les repas, il est nécessaire de maintenir une glycémie constante. Pour ce faire, le foie puise dans ces réserves de glycogène. Le glycogène est transformé en glucose (on parle de néoglucogénèse) pour que ce dernier soit libéré dans le sang progressivement. 

 

Quand les réserves sont vides, le foie synthétisera du glucose à partir d’autres molécules : acides-aminés, glycérol, acides-gras et lactate. 

 

Au bout de 2 jours sans apport de sucres (glucides), l’énergie sera extraite des acides-gras.

 

Le foie est le seul organe qui peut libérer du glucose dans le sang. Les muscles ont également des réserves de glycogène, qui se transforment en glucose, mais ce glucose servira à nourrir les muscles uniquement.

 

 

Foie et diabètes 

 

Attention, trop de sucre est trop dangereux pour le foie. Le sucre peut être responsable de l’accumulation de gras dans les cellules du foie, on parle de stéatose métabolique. Cette stéatose pourra évoluer en fibrose, en cirrhose ou en cancer.

 

Les individus ayant un diabète de type 1 n’ont plus de cellules bêta dans leur pancréas, ils ne sécrètent donc plus d’insuline. L’injection d’insuline dans les tissus sous-cutanés est donc nécessaire. En revanche, l’insuline injectée n’agit pas directement sur le foie, elle agit sur les cellules du corps avant, ce qui peut altérer la régulation de la glycémie. 

 

Le diabète de type 2 résulte lui d’une baisse progressive de la sécrétion d’insuline causée par une résistance hépatique et musculaire à l’insuline. Cette résistance hépatique peut être due à la complication d’une maladie hépatique chronique.

 

 

Sources :

Revmed
- Unisciel

- Stefan Silbernagl et Agamemnon Despopoulos, Atlas de poche de physiologie. Médecine - Sciences, Flammarion. Page 284

 

Auteur : Service Prévention et Promotion de la Santé

 

Publié le 08/02/2021

 

Côté MGP 

Pour prévenir l'apparition de certaines maladies chroniques ou améliorer leur qualité de vie, les adhérents peuvent bénéficier d'un coaching nutrition gratuit pour réapprendre les fondamentaux de la nutrition, changer en profondeur leur comportement alimentaire et maigrir durablement.