Reins et anatomie

 

Nous possédons en principe deux reins, situés dans l'abdomen à la hauteur des deux dernières côtes. 

 

Le rein droit est derrière et sous le foie tandis que le gauche est derrière et sous la rate. 

 

Ils ont une forme de haricot et mesurent 12x6x3 cm.

 

Ils font partie de l’appareil urinaire, avec la vessie, les uretères et l’urètre. Les uretères relient chaque rein à la vessie. L’urètre relie la vessie à l’extérieur, c’est lui qui évacue l’urine.

 

 

Les fonctions du rein

 

Les reins sont des organes vitaux. Ils sont essentiels même s’il est possible de vivre avec un seul rein.

 

Ses missions sont les suivantes :

 

  • La filtration du sang : le rein fonctionne comme un filtre grâce aux néphrons qui séparent les déchets circulant dans notre sang. Les déchets éliminés sont l’urée (produit par la dégradation des protéines par le foie), l’acide urique (produit par la dégradation des purines, bases nucléiques, que l’on retrouve en grande quantité dans certains aliments), la créatinine (déchet métabolique normal produit par l'organisme) et d’autres substances dont l’accumulation pourrait être toxique (médicaments, drogues…).
  •  
  • La production de l’urine : les reins éliminent les déchets filtrés en produisant l’urine.
  •  
  • Le maintien de l’équilibre en eau et ions : grâce à sa capacité de filtration, le rein régule divers composants que l’on retrouve notamment dans le sang. Les ions sont le sodium, le potassium, le calcium, indispensables au bon fonctionnement de notre organisme.
  •  
  • La production hormonale : plusieurs hormones sont produites : l'érythropoïétine (EPO) et la rénine. La première stimule la production des globules rouges (hématies) et la deuxième participe au contrôle de la tension 

 

 

Facteurs de risque de cancer du rein

 

En 2015, on estimait le nombre de nouveaux cas du cancer du rein à 13000. Ce cancer touche deux fois plus les hommes que les femmes. Il représente 3% de l’ensemble des cancers. L’âge moyen du diagnostic est 65 ans.

 

Les principaux facteurs de risque sont le tabac, le surpoids et l’obésité, un traitement par dialyse depuis au moins 3 ans, une prédisposition génétique, l’hypertension artérielle et l’exposition au trichloroéthylène (solvant très puissant utilisé pour le dégraissage de pièces métalliques).

 

 

Le tabac

 

C’est connu, le fait de fumer augmente significativement le risque d’avoir de nombreux cancers, celui du rein en fait partie. Un fumeur a environ 1,5 fois plus de risque de développer un cancer du rein qu'une personne qui n'a jamais fumé.

 

Concernant ceux qui ont arrêté de fumer, il semblerait que le risque d’avoir un cancer diminue avec les années : -25 à -30 % après 10 à 15 ans d'arrêt.

 

 

Surpoids et obésité

 

Un indice de masse corporelle - IMC « normal » est compris entre 18,5 et 25 kg/m². Chez les personnes ayant un IMC de 30 kg/m², le risque de cancer rénal serait de +24 à +34 %. Plus l'IMC est important, plus le risque est élevé.

 

 

Traitement par dialyse depuis au moins 3 ans

 

Le fait d’être dialysé depuis longtemps favorise l'apparition de kystes dans l’un ou les deux reins. On parle de maladie kystique ou de dysplasie multikystique. Ces kystes augmentent le risque de développer un cancer du rein.


Les personnes qui ont subi une greffe de rein semblent aussi être plus à risque d’avoir un cancer dans l’autre rein.

 

 

Prédisposition génétique

 

La prédisposition génétique existe mais reste rare. Elle représente 2 à 3 % de l'ensemble des cancers du rein.

 

Actuellement, quatre gènes majeurs de prédisposition au cancer du rein sont connus : VHL, FH, MET, FLCN. Une dizaine de formes héréditaires différentes sont également connues dont la plus fréquente est la maladie de von Hippel-Lindau (VHL).

 

 

L’hypertension artérielle

 

L’hypertension artérielle multiplie par 2 le risque de cancer du rein*.

 

 

L’exposition au trichloroéthylène (TCE)

 

Le TCE est un solvant industriel utilisé pour dégraisser le métal mais aussi pour le nettoyage à sec. Plus l’exposition est importante, plus le risque d’avoir un cancer du rein est élevé.

 

 

Sources :

 

-*Muscat J.E., Hoffmann D., Wynder E.L. : The epidemiology of renal cell carcinoma. A second look. Cancer, 1995 ; 75 : 2552-255

- Institut national du cancer (INCA). Cancer du rein.
- Société canadienne du cancer. Cancer du rein.

 

Auteur : Service Prévention et Promotion de la Santé de la MGP

 

Publié le 05/03/2021


 

Côté MGP 

Avec le deuxième avis médical  proposé par notre partenaire Santéclair, les patients atteints d’une maladie grave
ou invalidante peuvent obtenir dans les 15 jours l'avis d'expert d'un médecin spécialiste sur le traitement qui leur a été proposé.