Qu’est-ce que le syndrome du canal carpien ?

 

Le syndrome du canal carpien (ou tunnel chez nos amis anglo-saxons) est considéré comme un TMS qui touche à ce jour une population diversifiée mais à dominante féminine. Les causes sont liées soit à l’activité professionnelle ou à celle de la vie courante, voire les deux, certains sujets ayant des facteurs prédisposants anatomique ou physiologique.

 

D’après la Haute Autorité de Santé (HAS) environ 130 000 personnes par an sont opérées principalement sur la tranche d’âge 40-65 ans.

 

Le syndrome du canal carpien est une pathologie qui touche la main et le poignet. Ce «  canal » est un espace dans lequel passe le nerf médian responsable de la commande motrice des doigts et de la sensibilité (notamment des 3 premiers (pouce, index et majeur) avec une cohorte de tendons (au nombre de 8) ceux-ci ayant pour fonction la mobilité en flexion des doigts et du poignet.

 

Certains gestes répétitifs ou postures irritent les tendons créant une inflammation locale comprimant le nerf médian.

 

L’influx nerveux est perturbé, entraînant ainsi différents symptômes selon les individus qui sont essentiellement :

 

  • - Fourmillements, picotements de la main ou des doigts
  • - Perte de force variable
  • - Diffusion de douleur sur l’avant-bras ou l’épaule (moins fréquent)

 

Pour tenter d'éviter que cela ne devienne chronique et entraîne une indication chirurgicale (qui n'est pas inéluctable), une assistance pour l’analyse de son poste de travail et de sa gestuelle est fondamentale. Il est alors nécessaire de solliciter les acteurs susceptibles de vous aider à améliorer l'ergonomie de votre environnement de travail.

 

 

Comment prévenir le syndrome du canal carpien ?

 

Certains gestes peuvent être évités.  Sans être exhaustif, voici quelques astuces qui permettront de prévenir cette pathologie :

 

 

En bureautique

 

  • - Eviter de taper sur son clavier d’ordinateur fixe ou encore davantage sur un portable en ayant l’arrête du bord inférieur de celui -ci constamment en" pression" sur la zone du poignet car cette position est facteur d’irritation lors de la frappe 
  •  
  • - Eviter le petit coussin de silicone fixe intégré à certains tapis de souris que l'on ne peut positionner adéquatement plus en avant sur l’avant-bras. Afin d’y remédier, il est conseillé de privilégier les petits coussins mobiles siliconés que l’on déplacera plus ou moins en arrière du poignet en direction du coude

 

 

Pour le travail manuel

 

  • - Eviter les postures maintenues en préhension (serrage puisant de la main) notamment quand elles sont associées à des vibrations
  •  
  • - Eviter la flexion forcée : doigts vers l’avant-bras ainsi que les rotations répétées lors d'un vissage : tournevis par exemple, la conjugaison des deux étant encore plus néfaste

 

 

Pour les activités de la vie quotidienne et de loisirs

 

Le bricolage doit être réalisé avec des outils adaptés et des gants appropriés apportant un confort et une "répartition" de la charge de travail de la main et donc du poignet. Certains sports comme l’escalade ou le VTT peuvent également entrainer des symptômes. Il est donc nécessaire d’analyser et d’adapter position et matériel si besoin.

 

 

Quelques stratégies à connaître en cas de douleurs chroniques

 

Lors d'un contexte de douleurs chroniques invalidantes et avant la chirurgie, certaines stratégies peuvent vous être proposées sans préjuger de leur efficacité. Citons-en quelques-unes :

 

  • - Etude ergonomique du poste de travail et en complément possibilité de stage d’ergothérapie
  •  
  • - Confection d'orthèse de repos ou port de gants la nuit (type presso thérapie) par prescription médicale
  •  
  • - Rééducation par kinésithérapeute à visée antalgique et anti-inflammatoire
  •  
  • - Physiothérapie : ultra-sons ; ondes courtes
  •  
  • - Mobilisation douce, étirements des chaines musculaires du membre supérieur, massage en effleurement

    
Le syndrome du canal carpien est une pathologie pour laquelle les premiers symptômes doivent être identifiés de manière précoce.  Chacun à son niveau peut en diminuer les causes et en consultant son médecin, mettre en place la ou les meilleures stratégies.

 

 

Auteur : DOUBINSKY Marc (Kinésithérapeute) 

 

Publié le 11/03/2021

 

Côté MGP 

Avec le partenaire Santéclair, les adhérents à une garantie santé peuvent accéder à des ostéopathes et chiropracteurs à tarif préférentiel.