Votre médecin vient de vous annoncer que votre cholestérol est trop élevé, ou alors vous souhaitez anticiper et modifier votre alimentation… Alors prenez quelques minutes pour lire cet article, il est pour vous !


Lorsqu’on lit un bilan sanguin et que le dosage du cholestérol est demandé, on notera un dosage du LDL-cholestérol et du HDL-cholestérol.

 

  • - Le LDL-cholestérol est le « mauvais cholestérol », celui que l’on cherche à faire baisser le plus possible (inférieur à 1,3 g/litre de sang).
  •  
  • - Alors que le HDL-cholestérol est le « bon cholestérol », celui qui doit être au moins à 0,5 g/litre de sang.

 

Si le LDL-cholestérol est trop élevé, votre médecin vous parlera « d’hypercholestérolémie ».

 

 

L’objectif final est d’éviter, ou de limiter, le dépôt de cholestérol en excès sur la paroi des artères ; ces dépôts lipidiques participent à la formation de plaques d’athéromes qui réduisent le diamètre des artères. Les risques encourus valent la peine de modifier son alimentation tout en y trouvant un plaisir gustatif. Il s’agit surtout de modifier certaines techniques culinaires et choisir des aliments d’un meilleur apport nutritionnel. Soyez les meilleurs amis de vos artères, car qui veut aller loin ménage sa monture !

 

 

Des mesures d’hygiène alimentaire s’imposent….

 

Les aliments à limiter : ce sont des aliments sources de mauvaises graisses : les Acides Gras Saturés, ou les acides gras « trans ». Juste pour vous aider à mieux comprendre notre discours, je vous indique la teneur en matières grasses de certains aliments, en sachant que ce sont principalement des AGS. On les trouve en grande quantité dans les aliments suivants :


Charcuterie

 

  • - Rillettes de porc (50 % de M.G)
  • - Rillettes de poulet (30 % de M.G)
  • - Pâtés (25 à 30 % de M.G)
  • - Saucissons (24 à 34 % de M.G)
  • - Saucisses (environ 30 % de M.G)
  • - Jambon sec (14 % de M.G)

    
 
Certaines viandes grasses

 

  • - Porc (échine : 15 % et poitrine : 20 %)
  • - Agneau (entre 11 et 16 % de M.G)
  • - Mouton
  • - Viandes rouges grasses
  • - Canard en magret (il vaut mieux laisser la graisse !)

    
 
Fromages gras et laitages au lait entier

 

  • - Matières grasses d’origine animale
  • - Beurre : 82 % de MG (principalement des AGS)
  • - Crème fraîche (eh oui, la crème n’appartient pas à la famille des produits laitiers) : 30 % de matières grasses
  • - Saindoux (100 % de lipides dont 47 % d’AGS)

    
 
Les aliments riches en graisses

 

  • - Chips, sauces à base de mayonnaise, produits panés et préfrits, etc

    
 
Certaines graisses végétales riches en « acides gras trans » issues de l’hydrogénation des matières grasses végétales

 

  • - Graisses hydrogénées
  • - Huile de palme
  • - Huile de coprah

    
 
Les margarines dures pour fritures


Ce n’est pas pour autant qu’il faut manger des aliments frits à l’huile végétale liquide tous les jours ; les fritures et produits préfrits restent des produits riches en graisses.


 
Produits transformés riches en acides gras saturés ou en acides gras « trans »

 

  • - Biscuits industriels
  • - Plats préparés industriels
  • - Viennoiseries, pâtisseries

    
 
Les aliments où l’étiquette indique seulement « huiles végétales »

 

Il s’agit bien souvent de graisses hydrogénées – quand ce sont des graisses de bonne qualité, le fabriquant s’empresse bien souvent de nous le signaler.

 

 

 

Désormais, on sait que le cholestérol alimentaire a peu d’effets sur le cholestérol sanguin. C’est pourquoi les œufs, les crevettes, les abats peuvent être consommés mais sans excès : ils sont riches en cholestérol mais contiennent peu d’Acides Gras Saturés. On n’est pas obligé de manger du beurre avec ses crevettes !

 

 

Et si votre médecin vous parle d’hyperlipidémie...


Cela signifie que le taux de lipides dans le sang est trop élevé ; ce qui inclut le cholestérol et les triglycérides. Les triglycérides trop élevés proviennent, dans la plupart des cas, d’un excès d’alcool et de sucres. Pour l’alcool, la quantité consommée est facile à identifier. Pour les sucres, c’est plus compliqué puisque notre alimentation regorge de sucres (et graisses) cachés. La lecture des étiquettes peut vous aider : regardez à « glucides » et « lipides » et comparez toujours pour 100 g de produit fini.


Pour améliorer votre bilan sanguin et votre état de santé, ou pour anticiper et améliorer la qualité de votre alimentation, il y a certains aliments et techniques culinaires à privilégier.
 

 

Auteur : MARIE-MAGDELAINE Cécile (Diététicienne)

 

Publié le 10/12/2020

 

Côté MGP 

Bien se nourrir est important pour maintenir sa forme et sa qualité de vie. La MGP sensibilise les forces de sécurité, dont les contraintes professionnelles ne leur permettent pas toujours d'avoir une alimentation équilibrée, à travers une courte vidéo.