COVID : tests salivaires, enfant malade ; comment ça marche ?

Les tests salivaires sont une alternative aux tests nasopharyngés. Découvrez dans cet article, dans quels cas ils sont recommandés, s’ils sont fiables… Votre enfant est obligé de s’isoler, que faire ?

covid enfant malade tests salivaires

LES TESTS SALIVAIRES

 

Quand y avoir recours ?

 

La Haute Autorité de Santé (HAS) autorise les tests RT-PCR salivaires pour détecter la Covid-19 : 

 

  • Chez les sujets asymptomatiques : dans le cadre d’un dépistage itératif ciblé à large échelle sur population fermée. 

Exemples : les établissements d’accueil du jeune enfant, les élèves des écoles et collèges, les établissements de santé, les établissements sociaux et médico-sociaux (pour enfants et adultes en situation de handicap, pour personnes âgées) --> aussi bien pour le personnel que pour les patients ou les résidents. 

 

  • Chez les cas-contacts et les personnes symptomatiques quand le prélèvement nasopharyngé est difficile ou impossible.

 

Ces tests sont plus acceptés par les personnes asymptomatiques puisqu’ils sont non invasifs. 

 

Attention : A ce jour, les autotests salivaires et les tests antigéniques sur prélèvements salivaires ne sont pas autorisés en France. La HAS juge leurs performances insuffisantes.

 

 

Est-ce fiable ?

 

La sensibilité de ces tests est bonne. La sensibilité de ces tests est estimée à 85%, ce qui est légèrement inférieur (3% à 11%) à celle des tests PCR qui utilisent le prélèvement nasopharyngé.

 

 

Est-ce dangereux pour mon enfant ?

 

Ils ne sont pas du tout dangereux pour les enfants. Les tests salivaires sont déployés dans les écoles pour le confort des enfants, car le prélèvement nasopharyngé peut parfois se révéler difficile ou impossible à réaliser chez les plus jeunes.

 

 

Où les faire ?

 

Pour savoir où vous pouvez réaliser vos tests salivaires, ouvrez cette page et entrez votre département.

 

 

Votre enfant ne peut pas aller à l’école, comment faire ?

 

Votre enfant est positif à la COVID, que faire ?
 

 

La loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2022 publiée au Journal officiel du 24 décembre 2021, prolonge l'indemnisation des salariés en arrêt de travail Covid sans jours de carence jusqu'au 31 décembre 2022 au plus tard. L'ordonnance du 31 août 2022 prolonge pour le salarié malade ou cas-contact le bénéfice des indemnités journalières complémentaires de l'employeur, sans délai de carence, jusqu'au 31 décembre 2022. Cette mesure s'applique à tous les arrêts de travail qui ont débuté à partir du 1er août 2022.

 

 

Pour les fonctionnaires

 

Les agents publics ne pouvant pas télétravailler ne peuvent plus être placés en autorisation spéciale d'absence depuis le 1er août 2022.

 

 

Pour les salariés du privé 

 

Le dispositif d'activité partielle pour les salariés du secteur privé devant garder leur enfant et ne pouvant pas télétravailler et d'autorisation spéciale d'absence (ASA) pour garde d'enfant ont pris fin le 31 juillet 2022. Il faut donc prendre le congés enfant malade avec un certificat médical à l’appui.

 

Si votre enfant est testé positif à la Covid (moins de 16 ans ou en situation de handicap) vous pouvez demander un arrêt de travail dérogatoire pour la durée de l'isolement de votre enfant : jusqu'à 7 jours à partir du début des symptômes ou de la date du résultat positif si votre enfant n'a pas de symptômes, jusqu'à 10 jours pour un enfant non vacciné de 12 à 16 ans ou sans limite d'âge pour les enfants handicapés.

 

Un seul des parents peut en bénéficier.

 

 

Pour les autres (indépendants, libéraux…) 

 

Il faudra demander un arrêt de travail dérogatoire.

 

Voici les conditions pour en bénéficier :

 

  • Les deux parents doivent être dans l'incapacité de télétravailler
  • L'enfant doit avoir moins de 16 ans au jour du début de l'arrêt. Il n'y a pas de limite d'âge pour un enfant en situation de handicap.

 

Il faut conserver un justificatif attestant de la fermeture de la classe, du test positif ou de la situation de cas-contact de l'enfant qui devra être communiqué à l'Assurance maladie en cas de contrôle.

 

 

Sources :

 

Ministère de la solidarité et de la santé 
Site officiel de l'administration française

 

Auteur : Service Prévention et Promotion de la Santé de la MGP

 

Côté MGP 

Le partenariat avec Santéclair aux adhérents également d'accéder à des professionnels de santé leur proposant des médecines douces ou de la sophrologie, utiles contre le stress.